Skip to content

L’offre et la solidarité

6 mai 2012

Au lendemain du dépôt de l’offre gouvernementale au mouvement étudiant, je me sens le cœur, ou plutôt le carré rouge, un peu en berne. C’est bien sûr en partie en raison de l’offre comme telle, mais surtout en raison de quelques réactions et de certaines craintes.

L’offre

Je ne décrirai pas en détail cette offre, d’autre l’ont fait en long et en travers. Je me contenterai dans un premier temps d’une courte analyse.

Il est sûr que cette offre ne peux satisfaire les revendications du mouvement étudiant du côté du gel des droits de scolarité. On peut s’attendre à l’équivalent d’une année, deux ou trois au mieux dans les universités dont les frais afférents sont les plus élevés.

Le Conseil provisoire des universités ne peut susciter beaucoup d’enthousiasme non plus, n’ayant qu’un pouvoir de recommandation à on sait qui et étant formé majoritairement de représentantEs favorables à la hausse. En plus, les deux représentantEs du milieu des affaires qui, avec l’appui de ceux des recteurs, des cégeps et du ministère de l’Éducation, des Loisirs et du Sport (MELS), sans oublier la présidence, verront à protéger le concept de marchandisation de l’éducation et le rôle de fournisseur de main-d’œuvre bien formée. Cela dit, ce conseil permettra tout de même aux syndicats et aux associations étudiantes d’avoir accès en détail aux dépenses et au fonctionnement des universités, ce qui n’est pas beaucoup, mais n’est pas rien. Cela pourra appuyer grandement les revendications des étudiantEs et des syndicats.

Finalement, l’offre maintient la mise sur pied d’un d’un système de remboursement proportionnel au revenu et l’amélioration du côté de l’Aide financière aux études (prêts et bourses). Après avoir montré les limites de cette amélioration, je n’ai bien sûr pas l’intention de prétendre maintenant qu’il s’agit d’une grande victoire, mais non plus de nier qu’elle aura un «impact positif sur un certain nombre d’étudiantEs provenant de la classe moyenne et des familles les plus pauvres, comme je l’ai fait dans mon billet précédent. Et comme cette amélioration ne faisait pas partie comme telle des revendications initiales, il est normal d’en tenir compte dans l’analyse de l’offre.

Est-ce assez?

Je ne répondrai pas à cette question. Je prends toutefois mes distances avec des positions comme celle de Jean-François Lisée qui parle d’une victoire pour le mouvement étudiant ou de ceux qui disent qu’il n’y a rien dans cette offre. Je préfère respecter l’analyse qu’en font les leaders et porte-parole des organisations étudiantes. Ils savent bien que cette offre ne comble pas les attentes qu’ils avaient au départ, c’est bien pourquoi ils ne recommandent pas l’acceptation de cette offre. Ils semblent aussi compter sur une défaite des libéraux aux prochaines élections pour que le quasi moratoire des droits de scolarité s’étende aux années suivantes :

«De son côté, Martine Desjardins a tenu à préciser que cette entente «s’inscrit dans un cadre électoral» et qu’elle pourrait ne jamais être mise en œuvre dans l’éventualité où les libéraux seraient défaits.»

Est-ce un bon pari? Chose certaine, ce n’est pas seulement pour cet enjeu que je souhaite qu’il le soit!

Et alors…

D’aucuns trouvent ce gain bien mince après 12 semaines de grève et des blessures graves à bien des personnes. Quant à moi, aucun gain ne serait suffisant pour «compenser» ces blessures. Je ressens aussi un malaise lorsqu’on considère les semaines de grève comme un «investissement» qui devrait rapporter davantage.

Ces semaines de grève furent un choc pour toute la société québécoise. Même s’il est trop tôt pour en faire le bilan (elle n’est pas terminée), je tiens à souligner que cette grève aura permis de conscientiser à la fois les étudiantEs et le reste de la population aux inégalités, aux problèmes d’accessibilité aux études supérieures, à la mauvaise gestion des universités, au rôle que doit avoir l’université et celui qu’on lui confie trop souvent (marchandisation de l’éducation et fabrique de main-d’œuvre pour les entreprises), et à bien d’autres problèmes. Elles auront surtout permis l’émergence d’une génération plus politisée que les précédentes. Et ces effets positifs se feront sentir longtemps. Quelle que soit la décison des étudiantEs, on ne peut qu’espérer que la contestation se poursuivra et investira le milieu de la politique.

C’est d’ailleurs de ce côté que j’ai le plus de craintes. Il ne faudrait surtout pas que les divergences sur la pertinence de cette offre entraînent une division entre les organisations étudiantes et entre les étudiantEs eux et elles-mêmes, une rupture de la solidarité exemplaire que nous observons depuis plusieurs mois et surtout pas un désabusement sur les effets des luttes sociales. Si cela arrivait, le gouvernement aurait vraiment gagné…

Alors, je souhaite que les jeunes prennent leur décision sereinement. Qu’ils et elles acceptent ou rejettent ces offres, je les appuierai. Et je pourrai remonter le carré rouge au sommet de la hampe, là où il va!

 

Mise à jour : Ce billet a été écrit avant que ne soit connue l’arnaque du gouvernement qui a modifié l’offre sans laisser le temps aux signataires du mouvement étudiant de la relire. Il est bien évident que, dans ce contexte, il convient de dénoncer cette offre. De toute façon, les étudiantEs qui se sont prononcés jusqu’à maintenant n’ont pas eu besoin de conseils pour la rejeter!

Publicités
56 commentaires leave one →
  1. Gilbert Boileau permalink
    6 mai 2012 17 h 05 min

    J’aime les nuances de ton propos et j’en suis solidaire.

    J'aime

  2. Richard Langelier permalink
    6 mai 2012 17 h 28 min

    Moi aussi, je prends mes distances avec le point de vue de Jean-François Lisée. Comme je suis redevenu membre actif de Québec solidaire, j’espère que plusieurs membres de cette génération politisée s’y joindront (tout comme les personnes de tous âges qui ont appuyé le mouvement). Puisque je suis toujours méfiant, je ne reprocherai à personne de ne pas le faire.

    Puisqu’on parle de Denise Bombardier (pour faire un enchaînement à la Jacques Beauchamp), j’ai trouvé le truc : mettre une cuillerée de moins de mon café équitable pour mon espresso sur le feu le samedi matin.

    J'aime

  3. 6 mai 2012 19 h 22 min

    @ Gilbert Boileau

    Merci!

    @ Richard Langelier

    «Moi aussi, je prends mes distances avec le point de vue de Jean-François Lisée. »

    Je trouve parfois que son appartenance au PQ l’amène à des analyses biaisées, moins nuancées que les miennes. Je trouve ça déplorable.

    «j’espère que plusieurs membres de cette génération politisée s’y joindront»

    Moi aussi, mais j’ai peur que la situation en amène plusieurs à opter pour le vote stratégique pour contrer le PLQ. Au moins, ils risquent d’être plus nombreux à voter…

    «pour faire un enchaînement à la Jacques Beauchamp»

    😆

    «mettre une cuillerée de moins de mon café équitable pour mon espresso sur le feu le samedi matin.»

    Moi, je préfère attendre en après-midi pour la lire!

    J'aime

  4. Richard Langelier permalink
    6 mai 2012 19 h 51 min

    Moi, je me lève le samedi après-midi parce que j’écris des commentaires songés sur internet que je termine à 3h.

    Ah! le fameux vote stratégique ! Si, par miracle, Québec solidaire se retrouvait avec la balance du pouvoir, j’aimerais qu’il insiste pour faire éliminer les catégories à l’Aide sociale, augmenter le salaire minimum et instaurer le scrutin proportionnel.

    J'aime

  5. 6 mai 2012 19 h 59 min

    Rien que ça! 😉

    J'aime

  6. frequency1313 permalink
    6 mai 2012 23 h 18 min

    Je crois qu’il s’agit d’une certaine victoire pour le mouvement des étudiants puisque leur mobilisation aura réussie à assouplir la position du gouvernement dans ce dossier. Naturellement ce genre d’entente fera des mécontents et des heureux, ainsi va la vie…

    J'aime

  7. 6 mai 2012 23 h 32 min

    J’ai passé la fin de semaine dans un congrès littéraire, avec l’interdiction formelle de parler de la grève et aucun accès à Internet. Une bulle isolée. Ce soir, je reviens chez nous, je lis ce qui se dit et j’ai soudainement envie de me tirer une balle.

    J'aime

  8. 7 mai 2012 5 h 17 min

    @ frequency1313

    «puisque leur mobilisation aura réussie à assouplir la position du gouvernement dans ce dossier»

    Oui, mais aussi à créer une dynamique de revendication comme on ne l’avait jamais vu au Québec. Ce climat peut aussi avoir créé des attentes trop élevées à court terme. Une société, ça n’évolue pas vite… Il faut que cela reste à long terme!

    «ce genre d’entente fera des mécontents et des heureux, ainsi va la vie…»

    Disons que je ne suis pas aussi fataliste, mais tant que les mécontents ne crient pas à la trahison, ça me va…

    @ Mouton Marron

    «je lis ce qui se dit et j’ai soudainement envie de me tirer une balle»

    Sans aller jusque là, je n’avais pas le moral très fort en écrivant ce billet.

    J'aime

  9. Blink permalink
    7 mai 2012 8 h 44 min

    Il y a ce texte de Josée Legault qui décortique fort bien l’entente de principe.

    http://voir.ca/josee-legault/2012/05/06/lentente-des-%C2%ABsi%C2%BB/

    Je suis heureux que ce texte sorte avant les votes des différentes associations. Si ce texte est diffusé largement, peut-être que les étudiant verront à temps la grosse couleuvre bien huilée qu’est en train de leur passer le département des relations publiques du parti libéral.

    Comme Mme Legault le fait si justement remarquer: ‘Or, il reste que, comme c’est souvent le cas dans ce genre de blitz de négos aussi politique que médiatisé, le diable se cache invariablement quelque part dans les détails… »

    Cela dit, j’admire le courage et la détermination des leaders étudiants. Je n’irait pas jusqu’à dire qu’il s’en sont fait passer une p’tite vite, mais la pression des événements de Victo, le calendrier de fin de session et les projecteurs braqués, ça doit être à la limite du tolérable des fois.

    J'aime

  10. frequency1313 permalink
    7 mai 2012 9 h 19 min

    Well…Mettons que j’ai peut être parlé un peu vite…

    J'aime

  11. 7 mai 2012 9 h 46 min

    Je trouvais étrange que le texte de l’offre ne correspondait pas au contenu de la conférence de presse des leaders et porte-parole du mouvement étudiant…

    Les négociateurs de la CLASSE crient à l’arnaque

    «Dans leur rapport de négociations, que La Presse a obtenu, les quatre négociateurs décrient «un subterfuge» et se disent «consternés». Le texte de l’entente aurait fait l’objet de nombreux ajustements dans l’avant-midi de samedi.»

    J’ai lu ce texte. Ça ne sent pas bon. J’aimerais bien entendre les personnes présentes des trois autres organisations étudiantes…

    J'aime

  12. 7 mai 2012 11 h 10 min

    C’est un progrès certes, mais cette offre est insuffisante à mon avis…

    J'aime

  13. 7 mai 2012 13 h 31 min

    Je tente très très fort de ne pas me prononcer…

    J'aime

  14. 7 mai 2012 13 h 35 min

    Une telle offre, qui, bien qu’elle constitue un progrès, conserve la majeure partie de la hausse prévue et qui ne contient aucune mesure pour surveiller les dépenses publiques en dehors des universités, ne peut pas être qualifiée de suffisante…

    J'aime

  15. Blink permalink
    7 mai 2012 14 h 27 min

    Nos jeunes ne sont pas des valises! Bravo!

    http://tvanouvelles.ca/lcn/infos/regional/montreal/archives/2012/05/20120507-070645.html

    J'aime

  16. Blink permalink
    7 mai 2012 14 h 29 min

    Pour ceux qui ne désirent pas engraisser de leur « clic » de souris l’empire Québécor, voici en bref:

    Cégep de Gaspésie et des Îles : offre acceptée

    Collège de Bois-de-Boulogne : offre rejetée

    Cégep de Valleyfield : offre rejetée, grève reconduite à 60%

    Cégep de Marie-Victorin : offre rejetée

    Université du Québec à Trois-Rivières, études québécoises : offre rejetée à l’unanimité

    Université de Montréal, DÉSS en Art, création et technologies : offre rejetée à 83%, grève reconduite à 75%

    Université de Laval (littérature) : offre rejetée

    Université de Laval, Sociologie (RÉSUL) : offre rejetée à 94% et reconduisent, grève reconduite à 80%

    J'aime

  17. 7 mai 2012 16 h 08 min

    J’ai écrit plus tôt aujourd’hui (9 h 46) : »J’aimerais bien entendre les personnes présentes des trois autres organisations étudiantes…»

    Martine Desjardins et Léo Bureau-Blouin confirment que le texte signé ne correspond pas à l’entente…

    http://www.radio-canada.ca/nouvelles/societe/2012/05/07/001-votes-greve-lundi.shtml

    J'aime

  18. 7 mai 2012 18 h 16 min

    L’entente, c’est le papier qu’on signe? Ou la poignée de mains?

    Techniquement, les étudiants ont peut-être raison de se plaindre; il est bien possible que le libellé ne soit pas conforme au contenu de l’entente intervenue verbalement. Mais les quatre représentants étudiants ont signé; le problème, c’est qu’ils n’avaient pas à leur côté un Pierre Pilote, dont le patronyme semble assez descriptif du rôle qu’il a joué.

    Ils sont jeunes, les jeunes; peut-être ne savaient-ils pas qu’il y a souvent des différences de taille entre les termes de la promesse bilatérale d’achat-vente et le contrat notarié!

    Même chose pour les ententes verbales souvent trahies par l’avocat qui rédige le document final en y truffant deux ou trois ambiguïtés qui n’existaient pas encore au moment de la poignée de mains.

    Ça aurait coûté combien, un conseiller juridique qui aurait regardé le texte au microscope avant que les signatures n’y soient apposées?

    Quand je vois tout le chemin que va encore faire le gouvernement en pointant les signatures, j’me dis que les conseillers juridiques, c’est pas pour les cochons.

    Quoique…

    Surtout que sur les 24000 avocats du Québec, il doit s’en trouver kek-zuns qui auraient fait ça gratos!

    J'aime

  19. 7 mai 2012 18 h 40 min

    «Je tente très très fort de ne pas me prononcer…«

    Aoueille Darwin, ça va te faire du bien. 😉

    J'aime

  20. youlle permalink
    7 mai 2012 18 h 45 min

    Bien d’avis avec papitibi.

    Je copie un texte que j’ai écris sur Lisée.

    « Quand un vendeur vous fait une offre qu’il dit plus qu’acceptable et qu’il est très pressé vous faire signer parce qu’il à d’autre chose à faire, quand un vendeur vous une offre de vente finale finale pour une date précise:

    C’est simplement qu’il est pressé de vous fourrer et qu’il sait que s’il attend il manquera de vous fourr… heu la vente.

    Prenez votre temps.

    Quand un vendeur vous fait une offre qui se termine le 7 à minuit, revenez deux jours après en lui disant que probablement vous allez acheter de son compétiteur dont l’offre semble meilleure.

    À ce moment vous verrez que la date est la date mais qu’il y a aussi que si que…si…il y avait que…

    QUAND ON EST TROP PRESSÉ ON SE FAIT TOUJOURS AVOIR.

    C’est le principe des vendeurs à pression qui a toujours du succès et encore aujourd’hui.

    Après DOUZE semaines de grève, c’était quoi de “watcher” DOUZE heures de plus?

    Réponse, le succès probable.

    Alors aux élections, souvenez-vous en pour évaluer les promesses rapides des 30 jours précédents, spécialement celles du gouvernement qui à les deux mains bien collées au volant le rendant incapable de changer de vitesse. »

    J'aime

  21. 7 mai 2012 21 h 36 min

    «Quoique…»

    Quoique le gouvernement va probablement perdre des plumes dans cette histoire!

    J'aime

  22. 7 mai 2012 21 h 40 min

    La phrase que tu cites dévoile aussi clairement ce que j’en pense que si je l’avais écrit!

    Il est clair qu’avec la malhonnêteté du gouvernement d’avoir modifié le texte de l’offre sur laquelle il s’était entendu avec le mouvement étudiant, j’ai beaucoup moins de réticences à dire ce que j’en pense! Il n’empêche que la décision leur revient et que je vais l’appuyer. De toute façon, il semble qu’il n’y en aura pas beaucoup qui vont l’accepter!

    J'aime

  23. 7 mai 2012 21 h 57 min

    Une belle arnaque de nos bouffons libéraux qui veulent faire dévier l’attention vers la fonction publique (prof, recteurs et administrateurs universitaires). Il est très habile ce gros clown à Charest, il veut nous faire enquêter sur les abus du personnel universitaire et pendant qu’on aura les yeux braqués sur le ptit recteur qui se sera payé une augmentation de 100 000$, le clown garochera des milliards en retour d’ascenseur à la mafia!

    Plus irresponsables que ça, c’est difficile à battre! Demander aux étudiant de faire la démonstration de la mauvaise gestion, c’est débile en tabarnak même si Darwin ne veut pas l’écrire!

    Heureusement, les jeunes ont les yeux plus clairs que ces gros-gras libéraux!

    Et pour la manif, je suis très inquiète du dérapage médiatique, la police, c’est blanc en christ ça au Québec!!!

    GRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRr

    J'aime

  24. 7 mai 2012 22 h 13 min

    « c’est débile en tabarnak même si Darwin ne veut pas l’écrire!»

    Je ne l’ai pas écrit comme ça, mais j’ai quand même mentionné clairement que ce conseil ne valait pas grand chose (sauf de se mettre le nez dans les comptes des universités)! Et c’était avant d’avoir entendu parler de l’arnaque!

    Je voulais d’ailleurs faire une mise à jour, mais je n’étais pas ici ce soir…

    J'aime

  25. 7 mai 2012 22 h 14 min

    Je lance une patate aussi aux représentants syndicaux qui n’ont pas trop réagi vis-à-vis ce cirque de négos insipides!

    J'aime

  26. 7 mai 2012 22 h 20 min

    «Et pour la manif, je suis très inquiète du dérapage médiatique,»

    Quelle manif?

    J'aime

  27. 7 mai 2012 22 h 28 min

    Celle de vendredi, quand ça a cogné! C’est fou comme personne ne se risque à blâmer, ne serait-ce qu’un tout ptit peu, l’intervention policière!

    L’ami Jocelyn en parle, je suis bien d’accord avec lui!

    http://jocelyn62.wordpress.com/2012/05/07/la-mauvaise-foi-jusquau-bout/

    On dirait que notre police se pratique en vue d’un pays totalitaire! Chu tannée que la police surveille tout le monde et que personne ne surveille la police!

    On fait pitié!

    J'aime

  28. 7 mai 2012 22 h 55 min

    «L’ami Jocelyn en parle, je suis bien d’accord avec lui!»

    C’est très bien. Il y écrit une phrase à laquelle j’ai aussi pensé à propos de cette manif, mais sur un autre aspect. Il écrit : «Il existe un code d’honneur dans le domaine de la guerre ou des conflits entre les peuples.» en lien avec le respect de la parole donnée, ce qui est très pertinent. Moi, j’y avait pensé en voyant une vidéo où les manifestants scandaient «une personne blessée!» et les policiers ont continué à lancer des grenades (ou whatever) et ont chargé… Les mots me manquent… Des sauvages, des barbares, des…

    J'aime

  29. Blink permalink
    7 mai 2012 23 h 16 min

    Je me pose une question. Que se passerait-il si, à la session d’automne, au lieu de faire la grêve, des centaines de milliers d’étudiants décidaient de se présenter en classe, sans acquitter leur frais de scolarité? Simplement suivre les cours en ne payant pas un sous. La police serait-elle appelée pour vider les cégeps et les universités? Est-ce que nous assisterions à un Lock-Out? Elle serait belle l’image internationale du Québec. Il aurait l’air fou le frisé.

    L’opinion publique pourrait constater que ces jeunes veulent étudier assidument et le ménage n’aurait d’autre choix que d’être fait dans les administrations scolaires parce qu’il faudrait bien en trouver des sous quelque part. Une sorte de désobéissance financière, moins sujette à débordement que les manifs classiques. Et y’a pas un seul casseur qui va entrer dans une classe pour pitcher une roche sur le tableau.

    J'aime

  30. Blink permalink
    7 mai 2012 23 h 18 min

    et les profs seraient rémunérés quand même. Ils ont des contrats. Et le fait que les étudiants ne paient pas n’a rien à voir avec les ententes et obligations que les institutions ont envers eux de manière contractuelle. Bon, ok, ça tient peut-être pas la route, mais c’est agréable à imaginer. 🙂

    J'aime

  31. 7 mai 2012 23 h 40 min

    Je ne sais pas, ce n’est pas si con! Faudrait en parler aux assos! Il y a seulement que leur dette augmenterait…

    J'aime

  32. benton65 permalink
    8 mai 2012 0 h 11 min

    L’entente devait être secret jusqu’à la présentation aux étudiants mais les médias ont aussitôt diffusés l’entente!
    Là, j’ai dis à ma conjointe: « Le gouvernement vient de couler l’info, les étudiants viennent de se faire arnaquer…. »

    J'aime

  33. Blink permalink
    8 mai 2012 0 h 22 min

    « les étudiants viennent de se faire arnaquer…. » Une chance que les leaders étudiants ont refusés de conseiller leurs membres de voter dans un sens comme dans l’autre. L’arnaque a eu le temps d’être dévoilée avant les votes des associations. J’ai comme l’impression que le gouvernement ne saisit pas l’efficacité des médias sociaux dans de pareilles circonstances. On dirait qu’ils essaient d’appliquer de vieilles stratégies qui ne fonctionnent plus. Quand on coule de l’info de nos jours, elle est disponible instantanément pour tous le monde. Elle ne sert pas uniquement celui qui la divulgue.

    J'aime

  34. 8 mai 2012 0 h 56 min

    Je crois que Blink a raison. Cette arnaque ne peut que se retourner contre les arnaqueurs…

    J'aime

  35. benton65 permalink
    8 mai 2012 1 h 15 min

    L’idée de couler l’info est dans un premier temps de mettre la pression sur les étudiants en la rendant publique et dans un deuxième temps que les étudiants aient bien en tête les grandes lignes en espérant qu’ils aillent pas dans les détails….

    Effectivement, la donne a changée avec les médias sociaux….

    J'aime

  36. 8 mai 2012 4 h 27 min

    Moi aussi, une grosse patate!
    Quand je voyais le chef de la FTQ à la tv, souriant, poser en sauveur après l’entente, j’étais troublé. Je les comprends de ne pas réagir et de se cacher dans un coin, ces supposés experts en négo devraient être bien gênés.

    J'aime

  37. 8 mai 2012 6 h 03 min

    Qu’ont-ils fait de mal? Je ne dis pas qu’ils ne méritent pas cette patate, mais j’aimerais juste savoir où ils ont mal agi et comment, car moi, je ne le sais pas. Le gouvernement semble avoir profité de leur absence.

    Avez-vous lu le compte-rendu de la CLASSE? Instructif! Et, les représentantEs du mouvement étudiant semblent avoir été isolés vers la fin. Je trouve le compte-rendu un peu flou dans ce bout-là.

    J'aime

  38. 8 mai 2012 7 h 15 min

    Darwin, je ne sais pas au juste pour les syndicats, mais me semble qu’en étant là pour les aider et en étant eux les experts en négo, ils auraient pu les soutenir jusqu’à la fin et de les conseiller de ne rien signer tant que leur avocat n’aient pas consulté le rapport final. Surtout que les étudiants n’avaient pas l’expérience dans ce domaine. Peut-être que je parle trop vite comme souvent je suis capable de le faire, n’empêche c’est l’impression que cela me donne

    J'aime

  39. 8 mai 2012 7 h 36 min

    J’ai dit que j’aimerais en savoir plus, moi aussi et que ce blâme est peut-être justifié. Mais peut-être pas.

    J'aime

  40. 8 mai 2012 20 h 40 min

    Darwin

    Tu as peut-être raison, j’ai peut-être blâmé trop vite les représentants syndicaux…ils se sont fait avoir eux aussi….

    http://www.cibl1015.com/nouvelles/-/pub/9HcT/content/1556634-l-entente-de-principe-incluait-la-question-de-la-hausse-des-droits-de-scolarite

    J'aime

  41. 8 mai 2012 21 h 16 min

    Arsenault de la FTQ est moins clair…

    J'aime

  42. david weber permalink
    9 mai 2012 17 h 30 min

    Vu de France :

    « Le printemps des étudiants québécois : six semaines en images »

    http://www.rue89.com/2012/05/09/le-printemps-des-etudiants-quebecois-six-semaines-en-images-231963

    J'aime

  43. 9 mai 2012 18 h 31 min

    Bonjour David Weber

    Je voulais remercier personnellement tous les Français qui ont retourné aux poubelles de l’histoire cette racaille de Sarkozy!

    Bien joué!

    J'aime

  44. 9 mai 2012 19 h 18 min

    Merci David de nous informer des échos du chaos (ça sonne bien…) que nous vivons! 😉

    J'aime

  45. 10 mai 2012 21 h 38 min

    Voici d’autres images du chaos.

    J'aime

  46. 10 mai 2012 23 h 31 min

    Ouais, c’est une des meilleures-pires vidéos sur le sujet…

    J'aime

  47. 11 mai 2012 6 h 45 min

    Que pensez-vous de l’initiative du carré blanc ?

    J'aime

  48. 11 mai 2012 8 h 31 min

    «Que pensez-vous de l’initiative du carré blanc ?x

    Ça ne te tente pas d’écrire un billet sur le sujet? 😉

    Sérieusement, je ne peut répondre à cels simplement…

    J'aime

  49. 11 mai 2012 9 h 06 min

    « Que pensez-vous de l’initiative du carré blanc ? »

    J’ai vu l’entrevue hier du papa prof qui dit honnêtement qu’il ne supporte pas les rouges.

    Il demande un moratoire à Charest au sujet de la hausse, chose qui a été tentée vainement à quelques reprises par des grosses pointures comme Castonguay, ça ne semble pas fonctionner… La gang à Charest se révèle pas mal plus dure et rigide que je ne l’aurais pensé, ça me scie!

    Et pour revenir au papa, je dirais ceci: « Trop de sucre à la crème, c’est bon mais ça finit par faire vomir… »

    Je m’explique:

    Les intentions de départ sont bonne mais l’idée de mobiliser les parents pour protéger les jeunes, c’est infantilisant. Je me rends bien compte que notre société a du mal à donner un véritable statut à ses jeunes et je me désole de ça….

    Le trop de sucre à la crème concerne l’idée de ce papa d’offrir via Charest une trève comme cadeau de fête des mères dimanche, c’est là que je vomis le sucre à la crème!

    Beurk!

    J'aime

  50. michel permalink
    11 mai 2012 11 h 12 min

    Pour l’instant, le carré blanc me laisse plutôt sceptique. Chercher une sortie de crise. C’est vertueux.

    Mais encore… Il faut savoir quelle sortie on propose.

    Bien que je sois prêt à reconsidérer ma position, pour l’instant le carré blanc me semble n’être qu’un carré vert passé à l’eau de javel de l’usure et, comme le suggère Koval, d’un paternalisme borné…

    J'aime

  51. Blink permalink
    11 mai 2012 11 h 26 min

    D’accord avec vous et Koval Michel. « notre société a du mal à donner un véritable statut à ses jeunes et je me désole de ça…. » En effet. Il y en a qui disent que les étudiants agissent comme des enfants en posant les gestes qu’ils posent parfois. C’est l’argument massue pour conclure qu’aucune discussion raisonnable n’est possible.

    C’est vrai qu’à regarder les débats à l’assemblée nationale, on est à même de constater ce qu’est la véritable maturité 😉

    J'aime

  52. 11 mai 2012 13 h 42 min

    Pour se faire une meilleure idée, un collègue m’a envoyé ce lien :

    http://sites.google.com/site/portezcarreblanc/

    Extrait :

    «Alors que tout nous portait à croire que nos jeunes, désabusés par nos abus, ne s’intéresseraient pas au bien commun et encore moins à la politique, ce printemps, comme des milliers de parents, nous avons découverts que nos jeunes sont extrêmement articulés et engagés. Une véritable bouffée d’espoir dans un monde de plus en plus vicié par les scandales de corruption et les catastrophes environnementales.»

    Je ne trouve pas ça si infantilisant…

    Je demeure un peu sceptique (je vais continuer avec le carré rouge!), mais plus en raison des possibilités de récupération qu’en raison des objectfs comme tels.

    J'aime

  53. 11 mai 2012 14 h 03 min

    J’ai également consulté le site web et écouté l’entrevue qu’il a donné à Anne-Marie Dussault. Ça me rejoint quand même, sur un autre angle. Je continue cependant de porter le carré rouge et je porterai peut-être aussi le blanc.

    J'aime

  54. 11 mai 2012 15 h 33 min

    « Je ne trouve pas ça si infantilisant… »

    Je parlais de l’entrevue à Anne-Marie Dussault, je l’ai trouvé infantlisante, ne serait-ce que dans l’idée de mobiliser les parents pour protéger les enfants….

    Faut le répéter encore, la majorité de ces « enfants » sont vaccinés et majeurs!!

    Voilà! Pourrait-on en tenir compte?

    J'aime

  55. 11 mai 2012 16 h 00 min

    M’enfin, j’en ai plus contre la forme que sur le fond, mais gageons que cette nouvelle manifestation pacifique ne fera pas broncher les libéraux qui se font une grosse fièrté de rester fermes devant nos violents étudiants! Et il gagnent des appuis en agissant ainsi, si on se fie aux sondages…

    Tout cela est attristant, affolant et enrageant!

    J'aime

  56. 11 mai 2012 16 h 10 min

    «Et il gagnent des appuis en agissant ainsi, si on se fie aux sondages…»

    Je pense aussi que c’est le fond de l’histoire. De même que les conservateurs continueront d’appliquer leur programme destructeur tant que l’opinion publique ne bronchera pas, les libéraux donneront le spectacle d’un gouvernement dur et intransigeant tant que cela lui procurera du capital politique.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :