Skip to content

Quel prix compenserait les externalités négatives?

31 juillet 2012

Ce billet est le troisième d’une série que je consacre au livre de Jim Stanford, Petit cours d’autodéfense en économie : L’abc du capitalisme. Je présente ici son chapitre sur Le capitalisme et l’environnement, en mettant l’accent sur la question des externalités négatives (pollution, épuisement des ressources, réchauffement climatique, etc.).

Le capitalisme et l’environnement

Au début de ce chapitre, Stanford établit les liens qu’il voit entre l’économie et l’environnement :

  • les dons de la nature : il parle ici de tout ce que fournit la nature, sans intermédiaire (quoique ça en prenne de plus en plus de nos jours en raison justement de la pollution), soit l’air, l’eau, les parcs, les milieux naturels, etc.
  • les ressources naturelles : ce sont les matières premières du secteur des biens : agriculture, secteur minier, énergie, bois, terre, etc.
  • la pollution : ce sont les déchets produits principalement par l’activité humaine (économique ou pas). Cette pollution, si elle excède la capacité de l’environnement de l’absorber, réduit les avantages des deux premiers éléments.

Il aborde ensuite les conséquences de l’émission des gaz à effet de serre (GES) et l’importance de les réduire, ainsi que les autres formes de pollution. Pour ce il faut :

  • maîtriser et réduire toutes les formes de pollution;
  • protéger les aires naturelles;
  • réduire la pollution liée à la récolte de bois et l’extraction des ressources naturelles;
  • recycler davantage les matières premières;
  • conserver et recycler l’eau;
  • nettoyer et restaurer les sites contaminés.

Il s’agit de faire en sorte que les bénéfices de l’environnement perdurent pour que les prochaines générations puissent en profiter aussi. Stanford ajoute que la lutte contre la pollution, dont les GES, est compliquée du fait que ses désavantages ne sont pas ressentis de façon égale par tous les humains, les pauvres les subissant beaucoup plus que les riches. Comme ceux-ci ont un poids politique beaucoup plus élevé et plus de moyens, ils peuvent protéger leurs quartiers sans subir les effets les plus importants de la pollution et même du réchauffement climatique. Cette inégalité s’observe aussi entre les pays pauvres et les pays riches qu’entre les citoyens les plus pauvres et les plus riches de ces pays. Les conséquences des rejets d’amiante dans le quartier Hochelaga dont La Presse a parlé récemment illustre éloquemment cette autre facette des inégalités.

Mais quelles mesures devraient être prises pour diminuer les externalités négatives dues à la pollution et aux GES?

Les marchés et l’environnement

Stanford poursuit en regardant comment les économistes qui croient aux vertus des marchés tentent d’internaliser les externalités, c’est-à-dire d’incorporer les coûts des externalités aux prix des biens et services. Ils proposent d’internaliser ces coûts à l’aide d’une taxe sur le carbone. Selon eux, les «mécanismes du marché (tel l’échange de droits d’émission) veilleraient par la suite à ce que la réduction de la pollution se déroule de la façon la plus «efficiente» possible.» Ils jugent que cette stratégie fonctionnerait mieux que l’«adoption d’une réglementation gouvernementale contraigrante (comme celle qui obligerait les entreprises à réduire leurs émissions)

Stanford, tout comme moi, ne croit pas à cette supposée vertu des marchés. Il donne des exemples montrant que les prix «ne réussissent pas toujours à modifier les comportements dans le sens voulu.». Il mentionne entre autres que l’ajout souvent important de taxes à l’alcool ne fait guère réduire la consommation d’alcool. En plus, ces taxes toucheraient bien plus le budget des pauvres que celui des riches qui ont les moyens de les payer sans changer leur mode de vie.

Stanford reconnaît tout de même que ces taxes ont des vertus, mais pas celles que leur prêtent les économistes qui ne jurent que par les marchés. De telles taxes, dit-il, peuvent servir à financer des infrastructures vertes (énergies vertes, transport en commun, etc.), mais doivent être accompagnées par une réglementation antipollution pour pouvoir atteindre des objectifs de réduction de la pollution et des émissions de GES.

Certains environnementalistes pensent qu’en faisant la promotion de produits verts, on peut changer le comportement et la demande des consommateurs qui forceront ainsi les entreprises à s’adapter et à produire plus de biens respectueux de l’environnement. «L’accumulation de ces choix individuels finira par se traduire par une économie plus durable.».

Selon Stanford, ces environnementalistes attribuent, comme les économistes dont nous parlions plus tôt, plus de vertus aux mécanismes du marché qu’ils en ont vraiment. Par exemple, les entreprises ont intégré cet objectif en attribuant, souvent faussement, des caractéristiques vertes à des produits tout aussi nocifs que ceux qu’ils remplacent (ou pas meilleurs de façon significative). Qui a déjà vu des messages publicitaires de pétrolières disant travailler pour un monde plus vert comprendra… qu’il n’est pas étonnant de constater qu’au moins une d’entre elles ait été condamnée pour publicité mensongère! On a même trouvé un nom pour ce type de manœuvre de marketing, l’écoblanchiment

Comme les produits éconergétiques (comme des électroménagers moins énergivores) sont plus chers que les autres, les consommateurs préfèrent en grande majorité continuer à acheter les produits plus polluants. Bref, seule une réglementation interdisant ces produits permettraient d’atteindre des objectifs d’économie d’énergie dans ce secteur, comme dans d’autres.

Et alors…

Stanford pose bien le problème : on ne peut se fier uniquement sur les forces du marché pour développer une économie durable (ce terme est tellement galvaudé que je ne sais plus quel adjectif utiliser pour rendre ce concept…). Cela prend absolument une réglementation gouvernementale (et j’ajouterais internationale), pour pouvoir atteindre cet objectif.

On m’a déjà demandé quel prix compenserait les externalités négatives. Je ne réponds jamais à ce genre de question, car c’est mal poser le problème. Quel prix peut compenser la perte de qualité de vie de la pollution et l’épuisement des ressources que vivront les générations futures? Quel prix vaut les dizaines de milliers de morts qu’a causés la canicule de 2003 en Europe ou les millions d’enfants et d’adultes africains victimes des crises alimentaires dues entre autres aux sécheresses causées par le réchauffement climatique? Quel prix justifieraient les exodes des pays qui seront engloutis (et le sont déjà) par la remontée des océans? Encore cette année, en plus du drame des fermiers des États-Unis, combien de personnes souffriront de malnutrition en raison de la sécheresse aux États-Unis de cet été? Et quel prix justifierait ces souffrances?

Dans son livre «L’indice de progrès véritable du Québec» Harvey L. Mead a tenté d’incorporer au calcul du PIB les externalités négatives environnementales (et autres). Malgré le grand intérêt de ses travaux, il fut le premier à dire que cet exercice est quelque part un peu futile, justement parce qu’aucun prix ne peut compenser le type de désastres dont j’ai parlé.

Bref, cessons de nous demander quel prix rendraient la pollution, l’épuisement des ressources et le réchauffement climatique acceptables, et travaillons plutôt à les réduire, en utilisant des outils fiscaux (taxes, redevances, etc.) pour investir davantage dans une économie plus respectueuse de l’environnement et surtout des outils réglementaires!

Publicités
12 commentaires leave one →
  1. Richard Langelier permalink
    31 juillet 2012 10 h 31 min

    « Quel prix vaut les dizaines de milliers de morts qu’a causée la canicule de 2003 en Europe… »
    La canicule a causé quoi?
    Bien évidemment, c’est pour ton bien que j’écris cela, Darwin.

    J'aime

  2. 31 juillet 2012 10 h 46 min

    «La canicule a causé quoi?»

    Merci! J’ai toutefois laissé le doublon «causé» dans cette phrase… La chasse aux synonymes me tanne, parfois!

    J'aime

  3. 31 juillet 2012 11 h 21 min

    Et si l’État cessait d’externaliser les coûts de production? (je ne dis que c’est la seule chose à faire)

    J'aime

  4. 31 juillet 2012 11 h 28 min

    ne dis pas

    Et si les possesseurs de terrain possédaient (en tenant compte de l’impact sur les voisins) leurs ressources sous-terraines? (pensez au gaz de shit).

    J'aime

  5. 31 juillet 2012 13 h 45 min

    Qu’en pensez-vous? http://t.co/IBtGJhZC

    J'aime

  6. 31 juillet 2012 17 h 01 min

    @ David

    «Qu’en pensez-vous?»

    C’est de la merde, il n’y a rien d’illégal là-dedans, la preuve, on trouve ces infos dans le rapport officiel du parti! Tout cela correspond à la Loi…adoptée par ce gouvernement! Si je ne m’abuse, le % d’intérêt est même fixé par le DGE justement pour éviter les contributions déguisées. On ne parle pas ici de prêtes-noms ni de membres de la mafia comme au PLQ! D’ailleurs, la seule infraction récente sur le site du DGE concerne… Le PLQ!
    http://www.electionsquebec.qc.ca/francais/actualite-detail.php?id=4193

    Ces dons proviennent presque tous à l’origine des élections consécutives de 2007 et de 2008. Malheureusement, je ne trouve que les deux derniers rapports de QS sur le site du DGE.

    «pour la plupart sans remboursement de capital depuis 2007» écrit-il

    En fin 2009, le total des prêts personnels s’élevait à 246 950 $ (page 9 de http://www.electionsquebec.qc.ca/documents/pdf/etats-financiers/2010/Quebec-solidaire-Etats-financiers-2010.pdf). Il en restait pour 116 950 $ à la fin de 2011 (page 10 de http://www.electionsquebec.qc.ca/documents/pdf/etats-financiers/2011/Quebec-solidaire-Etats-financiers-2011.pdf). Pas mal quand même! Des remboursements de 130 000$ en deux ans (53 % de la dette) et l’autre dit qu’il n’y a pas eu de remboursements! Évidemment, ceux qui restent n’ont pas été remboursés! C’est une tautologie!

    Pas fort!

    J'aime

  7. 31 juillet 2012 17 h 04 min

    @ David

    Je viens encore de trouver quelques comm qui ne sont pas passés. Je viens de les approuver, sauf celui qui a passé (en double?) et le test.

    J'aime

  8. 31 juillet 2012 18 h 00 min

    Effectivement, les libéraux nous prennent pour des imbéciles. Par contre, ce genre de prêt me semble très capitaliste, non?

    J'aime

  9. 31 juillet 2012 23 h 18 min

    Moi : «Si je ne m’abuse, le % d’intérêt est même fixé par le DGE »

    J’ai appris ce soir (j’étais à l’assemblée d’investiture d’Amir Khadir) en parlant avec un permanent du parti que la loi oblige un taux d’intérêt à la fois pas trop bas, ni trop élevé. Je ne me trompais donc pas trop…

    «Par contre, ce genre de prêt me semble très capitaliste, non?»

    De un, nous sommes encore dans ce système. Donc, même vous, quand vous payez n’importe quoi, dont vos droits de scolarité, participez au capitalisme. De deux, nous travaillons pour que ça change!

    J'aime

  10. 1 août 2012 10 h 47 min

    @ David

    Le dernier billet de Françoise David répond à la lettre du PLQ.

    «Les taux d’intérêt nous ont été suggérés par la direction du financement des partis politiques du DGEQ.»

    «Le PLQ nous accuse de ne pas rembourser nos prêts pour « enrichir » les membres qui nous ont prêté de l’argent en 2008. C’est faux. Lors de la dernière élection générale nous avons emprunté 250 600 $. À la veille de la campagne électorale d’août 2012, nous devons seulement 45 000$ à nos prêteurs. Nous avons donc remboursé 83% de nos emprunts.»

    «Par contre, ce genre de prêt me semble très capitaliste, non?»

    «Pour les élections qui s’annoncent, nous avons obtenu une marge de crédit de la Caisse d’économie solidaire Desjardins, qui est l’institution financière la plus proche de nos valeurs. Nous allons également continuer à mettre à contribution nos membres pour des prêts solidaires. Pourquoi devrions-nous enrichir des banques aux profits faramineux ?»

    J'aime

  11. 26 août 2012 3 h 27 min

    Qu’ai-je écrit dans ce billet?

    «Stanford, tout comme moi, ne croit pas à cette supposée vertu des marchés.» Nous parlions de la bourse du carbone.

    Que lis-je ce soir ?

    «C’est une rentrée sous haute tension qui se profile pour le marché européen du carbone. Fer de lance de la politique climatique de l’Union européenne, le système communautaire d’échange de quotas d’émission (Sceqe) est plus émoussé que jamais, au point de ne plus jouer qu’un rôle marginal dans les réductions d’émissions de gaz à effet de serre des Vingt-Sept.»

    http://www.ledevoir.com/economie/actualites-economiques/357760/le-marche-du-carbone-connait-ses-premiers-rates

    Ah bon… C’est dommage, mais c’était prévisible. J’ai écrit ailleurs, je ne trouve plus, que ce plafond devait être assez haut pour être efficace. Manifestement, ce n’est pas le cas en Europe!

    J'aime

Trackbacks

  1. La richesse, la valeur et l’inestimable |

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :