Skip to content

L’utilisation des céréales

4 octobre 2014

céréalesC’est en lisant le plus récent texte de la série Bioclips du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec (MAPAQ) que j’ai pris connaissance de la parution des Perspectives agricoles 2014-2023 de l’OCDE et de la FAO, dont le document complet est disponible à l’aide du premier lien de cette page. Le Bioclip mentionne aussi l’adresse du site où les données qu’il présente sont disponibles.

La partie du Bioclip qui a le plus attiré mon attention est celle qui parle de l’utilisation des céréales. Le rapport de l’OCDE et de la FAO en parle aussi à divers endroits, notamment aux pages 147 à 150. J’ai donc décidé de regarder de plus près l’évolution des divers types d’utilisation des céréales à l’aide de ces données.

Dans le monde

Le graphique qui suit montre l’évolution de l’utilisation des céréales depuis 1983.

céréales1

Malgré certains écarts annuels étranges en début de période, ce graphique laisse voir quelques tendances claires :

  • la part des céréales utilisées pour l’alimentation humaine (ligne rouge) tend à diminuer, étant passée de près de 60 % de l’utilisation totale dans les années 1980 à guère plus de 46 % en 2013, proportion qui ne diminuerait que très légèrement jusqu’en 2023 (45,7 %), selon les prévisions de l’OCDE et de la PAO;
  • la part des céréales utilisées pour l’alimentation animale (ligne bleue) tend à augmenter, mais cette augmentation est moins forte que la baisse de l’utilisation pour l’alimentation humaine; cela dit, elle se situait autour de 35 % au cours des années 1980 et 1990, alors qu’elle s’est stabilisée à 38 % depuis le début du siècle et devrait atteindre 39 % en 2023;
  • l’utilisation des céréales pour produire des biocarburants (ligne jaune) qui était quasiment inexistante jusqu’en 1999, est passée de 1 % en 2000 à environ 6,0 % en 2013 et se maintiendrait entre 6 % et 7 % entre 2013 et 2023;
  • la part des autres utilisations (ligne verte, utilisation industrielle de la paille, production de sirop d’isoglucose ou d’amidon de maïs, etc.) est demeurée assez fixe, variant de 8 % à 11 % entre 1983 et 2013, restant à 9 % dans la période de prévision.

Ces données nous montrent aussi (pas dans le graphique) que l’utilisation totale de céréales serait deux fois plus élevée en 2023 qu’en 1983, plus la moitié de cette hausse s’étant produite avant l’an 2000. Par contre, l’OCDE et la FAO prévoient que la croissance ne serait que de 13 % entre 2013 et 2023, les hausses les plus élevées se concrétisant dans la production de biocarburants et, dans une moindre mesure, dans l’alimentation animale.

Dans les pays développés

Les données mondiales sont intéressantes, mais ne permettent pas de différencier l’utilisation des céréales dans les différents pays. Le graphique suit permet d’isoler les tendances dans les pays développés.

céréales2

Les tendances, toutes aussi claires que pour l’ensemble du monde, sont bien différentes dans les pays développés :

  • la part des céréales utilisées pour l’alimentation humaine (ligne rouge), au premier rang pour le monde, ont été au lointain deuxième rang de 1983 à 2013, mais on prévoit qu’elle partageront à l’avenir ce rang avec l’utilisation des céréales pour produire des biocarburants, car leur part continuerait à diminuer légèrement; en effet, cette part, qui atteignait en 2013 à peine 40 % de celle de l’utilisation pour l’alimentation animale, soit 21,1 % de l’utilisation totale par rapport à 51,9 %, n’en représenterait plus que 20,3 % en 2023;
  • la part des céréales utilisées pour l’alimentation animale (ligne bleue) demeure solidement installée au premier rang, ce qui m’a profondément surpris au départ, mais qui s’explique bien finalement, quand on connaît l’importance de l’élevage dans les pays développés; par contre, il s’agit de l’utilisation qui a le plus diminué, passant de près de 80 % dans les années 1980 à guère plus de 50 % en 2013, proportion qui devrait se maintenir jusqu’en 2023, selon l’OCDE et la FAO;
  • l’utilisation des céréales pour produire des biocarburants (ligne jaune) a encore plus augmenté que pour le monde entier; de presque rien jusqu’en 1999, elle a atteint 17 % de l’utilisation totale en 2013 et se stabiliserait autour de 19 % de 2014 à 2023;
  • malgré une certaine hausse jusqu’aux années 2000, la part des autres utilisations se stabiliserait autour de 10 %, avec une très légère baisse, de 2013 à 2023.

Alors que la production totale n’augmenterait que de 8 % entre 2013 et 2023, le taux de croissance de l’utilisation des biocarburants atteindrait 24 %, loin devant les trois autres utilisations.

Dans le reste du monde

Sans surprise, les parts d’utilisation des céréales sont tout à fait différentes dans les pays qui ne font pas partie des pays développés.

céréales3

Même si l’utilisation pour l’alimentation humaine domine nettement encore aujourd’hui et devrait le faire au cours des 10 prochaines années, sa part diminue constamment. Alors que sa part était de plus de 70 % dans les années 1980, elle ne représente plus que 61 % de l’utilisation totale en 2013 et devrait reculer à 59 % en 2023. À l’inverse, la part de l’utilisation pour l’alimentation animale a augmenté de plus de 50 % entre 1984 et 2013, passant de 19 % à 31 %. Si l’OCDE et de la PAO prévoient que le taux de croissance de cette part se réduira, elle atteindrait tout de même 32 % de l’utilisation totale en 2023. Seul point positif, l’utilisation des céréales pour la production de biocarburants a toujours été négligeable et le demeurerait (moins de 0,5 %).

Et alors…

Je dois avouer que je ne m’étais jamais attardé à la question des types d’utilisation de la production des céréales. En lisant le petit Bioclip qui abordait cette question, j’ai été un peu abasourdi. Finalement, cela a valu la peine de regarder ces données de plus près, même si (ou justement parce que) elles sont inquiétantes.

D’une part, la croissance de l’utilisation et de la production (données non présentées ici) semble vouloir ralentir, alors que les besoins sont toujours plus grands. D’autre part, l’utilisation des céréales qui est consacrée à l’alimentation animale est en forte hausse dans les pays les moins développés, tout comme celle qui est destinée à la production de biocarburants dans les pays développés.

Je vais laisser aux végétariens et aux végans le soin de souligner à quel point l’évolution de l’utilisation des céréales pour l’alimentation animale ne peut mener qu’à l’accentuation de la fragilisation de la sécurité alimentaire et aux écologistes de dénoncer pour la même raison la folie de détourner les céréales de leur fonction essentielle, nourrir la population croissante de la Terre, pour plutôt remplir des réservoirs d’automobiles (et subventionner des agriculteurs…), mais je ne peux que reconnaître la pertinence de leurs arguments…

Publicités
3 commentaires leave one →
  1. Yves permalink
    4 octobre 2014 11 h 09 min

    Le graphique sur les pays développés m’a vraiment surpris. Nous en consommons autant que le biocarburant.
    En regardant ce graphique je me dis que pour manger ma part de céréale j’ai seulement à manger du bon poulet pané comme déjeuner.

    Aimé par 1 personne

  2. 4 octobre 2014 11 h 31 min

    «Le graphique sur les pays développés m’a vraiment surpris»

    Moi aussi! J’ai d’ailleurs écrit «ce qui m’a profondément surpris au départ», à peu près la même expression que toi. C’est d’ailleurs en voyant cette proportion dans le Bioclip que j’ai eu le goût de faire ce billet.

    J'aime

Trackbacks

  1. L’inventaire des émissions de GES |

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :