Skip to content

La stagnation

7 mars 2014

EPA02-2014Comme à chaque diffusion des estimations de l’emploi tirées de l’Enquête sur la population active (EPA) de Statistique Canada, on a droit aux interprétations les plus contradictoires, cette fois sur la baisse de 25 500 emplois au Québec entre janvier et février. Le début de la campagne électorale a bien sûr amplifié cette cacophonie.

D’un côté, Mme Marois prétend qu’on ne peut pas se fier aux données d’un seul mois (elle n’a pas tort…), mais ne trouve pas mieux pour étayer son affirmation que de citer le pire mois de l’an passé au cours duquel les estimations montraient une baisse de 13 000 emplois, la moitié de l’estimation de la baisse annoncée hier. Pas très convaincant…

De l’autre, les chefs de la CAQ et du PLQ semblent considérer que seul le gouvernement actuel peut être responsable de la baisse de ces données… Pour des partis qui trouvent que la santé de l’économie dépend presque seulement du secteur privé, il est rigolo de les voir ainsi avancer que le gouvernement est le seul responsable de l’évolution de l’emploi. Passons.

Qu’en est-il?

Je le dis dans chacun de mes billets sur ce sujet, on ne peut pas interpréter les données mensuelles de l’EPA sans regarder d’autres données. C’est en faisant cela que j’ai affirmé dans le billet précédent sur l’emploi que «je suis presque certain que, compte tenu du niveau nettement surestimé des données de l’EPA en 2013, ces données diminueront en 2014, ce qui ne veut pas dire que l’emploi baissera!». Bon, je ne prétends surtout pas que les données publiées hier confirment ma prévision. J’ai dit assez souvent de ne jamais conclure avec des données d’un seul mois que je ne ferai pas cette erreur, mais elles vont dans ce sens et ne m’ont donc pas surpris.

Le graphique qui suit montre que la baisse de l’estimation de l’emploi par l’EPA était tout à fait prévisible.

EPA02-2014-1

Ce graphique compare les données de l’EPA (ligne bleue) avec celles de l’Enquête sur l’emploi, la rémunération et les heures de travail (EERH, ligne rouge). Comme cette dernière ne tient pas compte de l’emploi agricole, ni des travailleurs autonomes, et que les niveaux d’emplois sont très différents, j’ai dû faire partir les données à 100 (en divisant chaque donnée de chaque série par l’emploi de septembre 2010) dans les deux cas pour qu’on puisse mieux voir l’évolution relative des deux courbes.

Je répète, comme dans chaque billet que j’écris sur ce sujet, que les données de l’EERH sont beaucoup plus fiables, car cette enquête n’a aucune erreur d’échantillonnage, étant le résultat d’un recensement auprès des entreprises. Or, on peut voir que les données de l’EPA ont été au-dessus de celles de l’EERH presque constamment depuis le début de 2013, encore plus depuis octobre 2013. Je m’attendais donc que, tôt ou tard, les données de 2014 diminuent pour s’approcher de la courbe des données de l’EERH. Je rappelle qu’il ne s’agit pas nécessairement, et probablement pas, d’une véritable baisse de l’emploi, mais simplement du rajustement de son estimation faite par l’EPA.

En effet, avec cette estimation de l’emploi en février, les données de l’EPA et de l’EERH montrent un portrait cohérent. Selon l’EERH, l’emploi serait presque stable depuis mai 2012 (petite hausse peu après, puis petite baisse). D’ailleurs, l’emploi entre décembre 2012 et décembre 2013 (donnée la plus récente de l’EERH) aurait diminué de 0,3 % et celui estimé par l’EPA entre février 2013 et février 2014 aurait diminué de 0,1 %. On est donc dans un univers de tendances similaires, même si la tendance des données de l’EERH est assez linéaire (sauf en juin 2013, en raison de la grève de la construction) et que celle des données de l’EPA est beaucoup plus erratique. D’où l’intérêt de les comparer.

Cela dit, on peut trouver un peu douteux l’importance que j’accorde aux données de l’EERH qui, ô scandale, nous parviennent deux mois en retard. C’est d’ailleurs un des problèmes avec l’analyse qu’on peut faire des données de l’EPA, ce sont les plus récentes, mais vraiment pas les plus fiables! Je rappelle que la marge d’erreur à 95 % due à l’erreur d’échantillonnage des données de l’EPA est d’environ 30 000 emplois quand on compare les données d’un mois à l’autre, ce qui est peu par rapport au nombre d’emplois estimés (à peine 0,75 % des quelque 4 millions d’emplois), mais énorme quand on regarde les écarts d’emplois entre deux mois. Ainsi, la baisse de 25 500 emplois a en fait une probabilité de 95 % de se situer entre une hausse de 4 500 emplois et une baisse de 55 500 emplois… Bref, cette marge est minime par rapport au nombre d’emplois mais énorme quand on ne regarde que la variation d’un mois à l’autre.

Je vais donc faire ce que je conseillais dans le tout premier billet que j’ai consacré à ces données, et regarder quelques autres données, même si elles datent toutes de quelques mois :

  • Le PIB réel a augmenté de 1,3 % entre novembre 2012 et novembre 2013 au Québec, tandis qu’il augmentait de 2,7 % dans l’ensemble du Canada (ou 3,0 % dans le reste du Canada), selon le fichier cansim 379-0031;
  • dans le dernier rapport mensuel des opérations financières (au 30 novembre 2013), on peut lire : «Sur la base des résultats cumulatifs au 30 novembre 2013, le solde budgétaire au sens de la Loi sur l’équilibre budgétaire est déficitaire de 1,9 milliard de dollars»; d’ailleurs, le ministre des Finances du Québec a dû repousser l’atteinte du déficit zéro en raison de recettes budgétaires inférieures à ses prévisions, avouant que «les revenus ne sont pas au rendez-vous»;
  • selon le fichier cansim 228-0060, le déficit commercial de marchandises du Québec a augmenté de plus de 7 % en 2013.

J’ai aussi regardé les données de l’assurance-emploi, mais, compte tenu de la réforme entrée en vigueur cette année, les comparaisons entre les données de cette année et de l’année précédente sont moins fiables. Cela dit, le nombre de demandes reçues a diminué de 2,5 % tandis que le nombre de demandes acceptées a diminué de 5,1 %, selon le fichier cansim 279-0004. Mais, est-ce vraiment positif?

Et alors…

Alors, tous les indicateurs, sauf peut-être celui relatif à l’assurance-emploi, qui est difficile à interpréter cette année, montrent que l’économie stagne. Et, c’est déjà beau qu’elle ne fasse que stagner! Avec la maladie hollandaise due au dollar trop élevé (un peu moins depuis quelques mois, mais cela ne peut faire de changement que si ça dure) et le vieillissement de la population (sans oublier l’endettement des ménages), on pourrait très bien être en récession!

Et, pendant ce temps, le chef du parti libéral promet 250 000 emplois, nombre que certains trouvent pas du tout extraordinaire… Mais, cela, ça va être pour le billet de jeudi prochain!

Publicités
19 commentaires leave one →
  1. Gilbert Boileau permalink
    8 mars 2014 9 h 55 min

    Belle démonstration. CQFD! Faudrait faire circuler ce billet à nos politiciens qui manupulent les données à leur guise … peu soucieux de la vérité qui se trame sur le marché du travail. L’EPA est un sondage dont 1/6 de l’échantillon est remplacé par une nouvelle cohorte; parfois, ce changement ajoute ou retire des participants au marché du travail qui n’ont pas tous les mêmes caractéristiques bien que Stat Can prend soin de minimiser ce biais. Historiquement, j’ai rencontré des situations temporaires qui faisaient en sorte que des hausses (ou des baisses) de personnes occupées (ce qu’on appelle  »emplois » dans les journaux) provenainent de secteurs économiques dont on ne pouvait pas suspecter de tels mouvements. Mais encore là, nos politiciens/journaleux avaient pu trouver une explication logique à un biais temporaire. Merci de nous suivre l’évolution réelle de l’emploi au Québec même si cela dérange certains faiseurs d’image.

    J'aime

  2. 8 mars 2014 10 h 39 min

    «dont 1/6 de l’échantillon est remplacé par une nouvelle cohorte»

    D’ailleurs, le plus grand écart qu’on peut observer entre les lignes de l’EPA et de l’EERH sur le graphique vont de septembre 2011 à avril 2012, ce qui correspond bien à l’arrivée de deux cohortes moins occupées puis à leur départ pendant ces sept mois.

    J'aime

  3. barefootluc permalink
    8 mars 2014 11 h 33 min

    Merci!

    Malheureusement, ce genre d’analyse beaucoup plus nuancée passera sous le radar de bien du monde. Je peux comprendre que les politiciens vont manipuler ça à leur avantage, par contre pour les journalistes (pseudo?) c’est plus difficile à comprendre.

    J'aime

  4. 8 mars 2014 12 h 24 min

    L’analyse des données sur l’emploi est très complexe, trop pour beaucoup! L’autre problème est la méconnaissance des données de l’EERH. Lorsque les journaux en parlent, ils ne retiennent que les données sur les salaires. Deux mois de retard sur les données de l’EPA semblent trop.

    Si on peut à la limite comprendre cela des journalistes, je trouve par contre inadmissible que les économistes qui commentent les données de l’EPA ignorent tout de cette enquête. Il y a environ un mois ou deux, j’ai entendu Stéphane Marion (économiste en chef et stratège à la Banque Nationale, très populaire auprès des journalistes) dire qu’il est dommage que le Canada ne dispose pas d’une enquête sur les entreprises comme les États-Unis. Or, non seulement nous en avons une, mais elle est plus précise que celle des États-Unis (recensement ici, échantillon pour les États-Unis). Par contre, cette précision fait en sorte qu’elle sort deux mois après la période visée…

    J'aime

  5. barefootluc permalink
    8 mars 2014 12 h 41 min

    « Par contre, cette précision fait en sorte qu’elle sort deux mois après la période visée… »

    On peut devenir maire de Montréal en écrivant plein de bêtises sur Twitter ou se faire élire maire de Québec en disant n’importe quoi par impulsivité et obtenir un résultat digne de l’Afrique. Pourquoi prendre le temps qu’il faut pour obtenir de la précision.

    Je viens tout juste d’entendre à la radio de Radio-Cadenas que les résultats de l’EPA sont désastreux et l’animateur a laissé passer ça sans demander des précisions. Misère. 😦

    J'aime

  6. barefootluc permalink
    8 mars 2014 12 h 59 min

    Génération d’idées « strikes gain » à la radio de Radio-Cadenas
    .
    https://jeanneemard.wordpress.com/2011/07/23/jai-un-malaise-avec-generation-didees/

    J'aime

  7. 8 mars 2014 13 h 08 min

    «Pourquoi prendre le temps qu’il faut pour obtenir de la précision.»

    En fait, comme mon graphique le montre, les données qui datent de deux mois permettent tout de même d’évaluer les tendances et de voir si les données de l’EPA surévaluent ou sous-évaluent la tendance (tout en regardant les autres indicateurs). Il faut aussi tenir compte que les données que j’utilise sont désaisonnalisées. Or, la correction de la saisonnalité n’est pas une science parfaite…

    «Génération d’idées « strikes gain » à la radio de Radio-Cadenas»

    Avec toujours un discours ni-ni? En fait, ce billet a été rédigé par Koval. Je n’ai jamais suivi cet organisme d’aussi près qu’elle.

    J'aime

  8. barefootluc permalink
    8 mars 2014 17 h 20 min

    J’avais vu que Koval est l’auteure. Je voulais juste souligner rapidement de qui il s’agit.

    Le discours était comment dirais-je? Hmm… Très impresionnant comme toujours. 😉

    J'aime

  9. frequency permalink
    9 mars 2014 11 h 48 min

    Superbe cet article darwin!! Intéressant de voir les faits autrement qu’au travers le VOILE des discours électoraux!!

    J'aime

  10. 9 mars 2014 13 h 31 min

    Merci!

    J'aime

  11. 14 mars 2014 18 h 00 min

    «De son côté, Martin Coiteux a reconnu dans un entretien accordé au Devoir que la méthode libérale pouvait se traduire par des « aberrations », mais que d’autres données, notamment le manque de revenus en provenance de l’impôt des particuliers, comme le montre le dernier budget Marceau, confirmaient que le marché de l’emploi était en panne.»

    http://www.ledevoir.com/economie/actualites-economiques/402612/emploi-les-liberaux-s-accrochent-a-leurs-chiffres-et-blament-l-isq

    Il n’a pas tort, c’est d’ailleurs un indicateur que j’utilise dans ce billet. Mais, lui aussi, semble ne pas connaître l’EERH…

    J'aime

Trackbacks

  1. Pourquoi il ne faut pas se fier aux chiffres sur l’emploi que vous lisez dans les médias | IRIS
  2. IRIS – Blogue – Pourquoi il ne faut pas se fier aux chiffres sur l’emploi que vous lisez dans les médias
  3. IRIS – Blogue – L’illusion gestionnaire
  4. L’illusion gestionnaire | IRIS
  5. L’emploi, toujours l’emploi! |
  6. Le Saint Graal. | IRIS
  7. IRIS – Blogue – Le Saint Graal
  8. L’emploi et les autres facteurs |

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :